Le grand road trip chinois, segment 31: le village tibétain de Zhagana

Extrait de mon journal, 2 août 2021

Distance parcourue: 180 km (total 10 833 km)

On s’est levés tôt comme d’habitude, et après un déjeuner rapide on a marché jusqu’au célèbre temple de Langmusi. Y fallait payer une petite somme, pis après on a traversé un village délabré avec des petits groupes de moines jeunes et âgés en robes rouge foncé qui nous regardaient croche. Je me portais volontaire pour prendre soin du chien au cas où on pourrait pas le faire entrer, vu que chus déjà allé dans un temple bouddhiste (et donc je suis allé dans tous les temples bouddhistes), mais personne l’a empêché d’entrer dans la cour. On s’est relayés avec lui pendant que les autres allaient visiter les salles avec des idoles, des artéfacts, des peintures pis des bouddhas dorés. Dans une des cabanes attachées au temples, des moines plus vieux se disputaient bruyamment (ou avaient une conversation informelle, pas sûr), j’ai jeté un coup d’œil et y étaient assis sur des coussins, à faire du fromage dans des bols en métal remplis de lait caillé. J’ai rarement senti une odeur aussi fucking nauséabonde, et j’étais à quelques mètres, je peux pas imaginer le nuage toxique dans lequel eux autres étaient.

Comme partout où je vais, des curieux sont venus jaser avec le bizarre étranger barbu. 100% des Tibétains avaient le visage nu, comme des gens rationnels normaux, et peut-être 20% des touristes chinois portaient une couche de face. Y avait aussi une femme qui a emmené ça au next level, au lieu de juste un petit masque minable en tissu, elle avait un genre de bidule électronique strappé à la partie inférieure de sa face qui la faisait respirer comme le méchant dans Batman et lui donnait une voix de robot. Je lui ai demandé pourquoi elle portait ça, et elle a répondu “For safe” en Chinglish. Mais ensuite elle l’a enlevé pour montrer à ma copine et moi le petit ventilateur dedans et le port USB pour le recharger. Man oh man. On se fait tout le temps dire de ”mettre un masque, respecter la science” et en tant que quelqu’un qui gagne sa vie à enseigner la science, ce genre de marde me fait grincer des dents.

En arrière du temple il y avait un champ d’herbes folles avec un ruisseau, où j’ai laissé le chien courir comme un spaz. Ensuite, on a remonté un sentier de randonnée, c’était pas facile, avec beaucoup de grosses roches et des ruisseaux à traverser. Le chien adorait ça, sautant d’une pierre à l’autre, devenant de plus en plus bouetteux à mesure qu’on avançait. Y avait un peu d’agitation en avant, les touristes se tassaient pour laisser passer un troupeau de moutons sur l’étroit chemin inondé. La famille tibétaine les fouettait avec des branches, et quand un des pauvres animaux laineux avait du mal à négocier les grosses roches, un des Tibétains le ramassait par les pattes arrières et le garrochait une couple de mètres en avant, le faisant atterrir avec un “BÊÊÊÊÊÊ” confus et apeuré.

Ma copine a dit “Oh no! Poor little yang”. Ouin, c’est bin plate, mais c’est pas comme si ces petites bestioles étaient pas tous destinés à l’abattoir.

Y avait une grotte en hauteur, où on pouvait grimper avec une corde nouée, chus allé la visiter et après on est retournés au temple pour rejoindre les beaux-parents. On a sauté dans le char et on a pris la route pour une petite excursion. C’est moi qui chauffais, et je serpentais sur une route incroyablement pittoresque au fond d’une vallée, en esquivant ou en m’arrêtant pour les vaches ou les yaks qui traversaient la route.

À la recherche d’un endroit agréable pour se reposer et dîner, on s’est arrêtés dans un village qui avait un parc entouré d’une clôture avec des genres de stupas. On a demandé à un monsieur si on pouvait entrer et il a dit oui, mais après avoir déployé notre table pliante et tout notre barda, un parasite random s’est pointé et nous a dit qu’on doit payer 2 yuans (lol) chacun pour être dans ce parc public. Je voulais lui dire d’aller se faire voir ailleurs et de nous calisser la paix, mais la belle-mère a sorti son portefeuille et payé la somme dérisoire pour se débarrasser d’elle. Je me rappelle que mes premières interactions avec les Tibétains en 2009 étaient pour la plupart négatives, je les trouvais pas aussi amicaux que les Chinois et y me demandaient constamment de l’argent (et j’étais pas trop fan de l’odeur pestilentielle de l’esti de thé au beurre ranci qu’ils buvaient), mais semble-t-il que la culture a changé (ou été forcée hors d’eux), vu que j’ai pas eu à faire face à beaucoup de ces niaiseries durant mon road trip et l’an passé quand on est allés dans la partie tibétaine de la province du Yunnan.

J’ai réchauffé le restant de riz, de fèves noires et de viande qu’on avait mangé hier et gardé dans le cooler depuis, déposé une cuillerée ou deux sur une tortilla, ajouté de la salsa et fait des burritos qui ont été très bien reçus. On avait aussi des chips de maïs, la dernière des cantaloupes qu’on a achetées à Guazhou, pis une soupe à base de bouillon de bœuf. Un groupe d’enfants s’était amassé le long du mur, nous regardant curieusement, trouvant sans aucun doute les Chinois de l’est à la peau pâle presque aussi étranges que le barbare d’outre-mer. Chus allé jouer au basketball sur le court voisin avec eux pendant un petit bout, leur donnant un high-five quand ils scoraient ou faisaient quelque chose de cool. Puis je les ai invités et ai partagé une partie de notre nourriture, ils étaient très polis, disant “xiexie” après chaque morceau qu’ils prenaient. Ils parlaient chinois sans aucune trace d’accent (à mes oreilles) mais aussi ils gazouillaient en tibétain entre eux et avec les adultes du village, c’est cool de voir que leur langue est encore en vie.

Quand chus retourné prendre une gorgée de ma bière rendue tiède, y avait deux ânes à notre table. On les a nourris de peaux de melon et ça les a juste encouragés à rester plus longtemps, se rapprochant de plus en plus. Le chien était en état de confusion devant ces deux imposants herbivores.

Ensuite, on s’est dirigés vers Zhagana (beaucoup de noms de lieux sont un peu bizarres ici, vu que ce sont des noms tibétains transformés en chinois), et après une heure et demie de conduite à travers une autre superbe vallée avec d’imposants pics rocheux à l’horizon, on est arrivés à notre destination. J’avais fait cette réflexion la veille, comme quoi pas mal de sites touristiques chinois sont décevants, ils sont plus souvent qu’autrement artificiels as fuck, rebâtis de A à Z, coûtent absurdement cher, et il faut dealer avec des foules et du bruit. Surtout dans l’ouest montagneux de la Chine ça en devient stupide, vu que l’attrait de la région est sa beauté naturelle, qui est omniprésente.

“Pourquoi on y va? Qu’est-ce qu’il y a de bon là?”

“C’est un village tibétain dans une vallée, avec des grosses montagnes autour”

“Oh, comme ce qu’on voit toute la journée depuis avant-hier?” Difficile de pas être un peu cynique des fois.

“Ouin mais celui-là est connu.”

J’imagine que les grosses poches en charge du gouvernement local se demandaient qu’est-ce qu’ils pourraient faire pour extraire le plus d’argent possible du touriste moyen en visite dans le coin. Ils peuvent quand même pas bâtir une clôture de 5000 km de long autour et charger tout le monde qui rentre, ni installer un genre de gadget au cerveau qui te facture à la seconde chaque fois que tu regardes une montagne (quoique j’imagine que ça a été proposé durant une séance de brainstorming). Ouin, il y a ce genre de homestays où des visiteurs un peu aventureux vont rester dans une yourte avec une famille de nomades et vont se promener en cheval ou whatever, mais on veut quand même pas TROP d’argent qui va directement dans les poches des Tibétains, non? Faque leur seul vrai recours est de mettre un prix d’admission aux gros temples et à certains villages, et mettre la machine de propagande et de publicité en marche. Je me demandais si ça vaut la peine d’y aller, mais le prix était fair et la famille avait envie d’y aller, ayant été convaincus par l’émission de voyage populaire Baba Qu Nar?, qui passait à la TV y a quelques années et qui présentait des jeunes pôpas branchés qui allaient en voyage avec leurs mioches fatiguants.

Hé bien, on peut pas nier que la place est vraiment à couper le souffle, même après toutes les voyages que j’ai faits aux quatre coins du monde. Le village est niché dans une vallée avec des grosses montagnes à pic tout autour, et les buildings asymétriques bâties sur les pentes rappellent beaucoup les villes touristiques mais magnifiques en Italie, comme les beaux-parents (qui y sont allés l’année dernière juste avant le Covid) l’ont pointé. Et malgré ce que suggérait le parking sinistrement bondé, la grosse superficie fait en sorte que le site était pas paqueté de touristes et de mouches à marde, on a donc un peu marché dans les rues étroites et calmes avant de descendre un chemin de randonnée. Ça nous a fait traverser un champ d’orge et un ruisseau avec une petite cascade pour finalement arriver à un long escalier en bois qui nous a emmenés à l’autre bord du village, rencontrant juste des touristes aventureux occasionnels et des fermiers tibétains robustes après récolter leur grain.

Après notre longue marche et à peu près 45 000 photos, on s’est arrêtés pour des bières de victoire dans un hôtel rustique géré par un jeune Tibétain maigrichon avec une coupe Longueuil et un jacket d’armée. Les beaux-parents voulaient rester jusqu’au coucher du soleil quelques heures plus tard, faque j’ai bu une couple de bières en attendant. Ils avaient des bières de micro, j’ai pris une Yellow River, qui avait un arôme subtil et épicé surprenant qui me rappelait la Coup De Grisou (mais bin moins fort), puis une Qinghai Lake, une bière d’orge blanche aux notes fruitées. C’est assez rare que je tombe sur des bières fabriquées localement qui sont pas des lagers chinoises ordinaires ou des stouts chocolatées.

La belle-mère a jeté un oeil au menu du restaurant au rez-de-chaussée, avec une sélection de mets tibétains et sichuanais, et a dit qu’on devrait toutes choisir un plat pour le souper.

“Mapo tofu”, dis-je en sirotant ma troisième bière.

“Tu veux regarder le reste du menu? Ils ont…”

“Mapo tofu”

“Mais on a mangé du tofu mapo hier. Tu voudrais pas…”

“Mapo tofu”

J’adore le mapo tofu.

Après le repas, on est allés jusqu’à un belvédère, ce qui impliquait de monter un long escalier. Je me sentais bien plein, après toute cette viande, ce tofu épicé et ces bières, et en plus j’en avais une froide dans mon petit sac à dos pour quand j’arriverais en haut. La plate-forme ronde était pleine à craquer de gens attendant le coucher du soleil, mais y avait aussi une grande étendue de gazon où on pouvait s’asseoir, pique-niquer et regarder le soleil disparaître en arrière des pics rocheux. Le ciel a alors pris un bouquet de teintes orangées. Joli.

En descendant, j’arrêtais pas de péter incontrôlablement, quelque chose qui m’avait beaucoup affligé ces derniers jours. Ma copine a dit:

I keep fangpiing too! [en chinglish dans le texte] Je pense que c’est parce qu’on est à 4000 m d’altitude, la pression à l’extérieur des corps est plus petite que la pression à l’intérieur.”

C’est… pas l’hypothèse la plus stupide que j’aie jamais entendue. Je dirais que c’est plus probablement notre alimentation riche en viande, mais qui sait?

Le chemin du retour à Langmusi s’est déroulé sans histoires, à part un quasi-accident avec un yak que baba-in-law a évité avec un coup de roue à la dernière seconde, l’esti de vache conne à longs poils noirs étant presque invisible dans la nuit. On est arrivés à 9 heures passées et on est allés se coucher peu après, demain va être une longue journée. Notre voyage est quasiment fini, le lendemain on s’est dirigés vers l’est de la Chine et notre chez-nous à 2000 kilomètres de là, deux longues, longues journées sur la route.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Website Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: